• English version icon
  • Icona versione italiana
Accès rapide
 

Budget primitif

Les orientations budgétaires 2017 de la Ville, présentées lors du Conseil municipal du 16 décembre 2016, ont permis de dresser le cadre institutionnel dans lequel s’inscrira le Budget primitif 2017 de la Ville. Il s’agit notamment de l’impact des lois MAPTAM et NOTRE sur l’organisation administrative du territoire.

Le budget 2017 prend ainsi acte des transferts à intervenir en 2017 au profit de Grand Lac : Office du tourisme, aire d’accueil des gens du voyage, zone d’aménagement des Combaruches et eau potable. Pour la 1re année également aucun budget annexe de l’eau n’est prévu, Grand Lac prenant le relais sur cette compétence.


S’agissant du contexte économique, la croissance semble repartir progressivement (anticipation de + 1,5 % d'évolution du P.I.B. dans le cadre du projet de loi finances 2017) tirée notamment par la conjonction de 3 facteurs favorables : 


  • retour à la quasi parité euro / dollar : les élections américaines ont accentué encore la dévaluation rapide du dollar par rapport à l’euro ;
  • maintien de taux d'intérêt faibles : en dépit des anticipations de relèvement des taux par la Réserve Fédérale Américaine lors de sa prochaine réunion de décembre, les taux demeurent à un niveau extrêmement bas en valeur absolue ;
  • un prix du pétrole toujours bas : là encore, la récente remontée des prix conserve le prix du pétrole à des niveaux d’équilibre bien loin des sommets connus dans les années 2000. L'inflation anticipée par le PLF 2017 (hors tabac) s’élève ainsi à + 0,8 %.

Néanmoins, le taux de chômage ne recule pas et franchit même, au 3e trimestre 2016, le seuil symbolique de 10 % de la population active au sens du Bureau international du travail (Insee – Informations rapides n° 300).


Du point de vue des finances publiques, le budget 2017 reste marqué par une nouvelle réduction des dotations de l’État telle que présentée lors du débat d’orientation budgétaire. 2017 sera donc le 3e exercice consécutif de baisse des dotations accordées au bloc local avec une nouvelle réfaction prévue de 1 milliard d'euros destinée à contribuer au redressement des finances publiques de l’État.


Dans ce contexte, la Ville choisit néanmoins de maintenir son engagement de ne pas augmenter les taux de la fiscalité directe et de conserver l'encours de dette à un niveau compatible avec l'objectif d'un stock d’emprunt réduit à 32 M€ début 2020.


C’est un choix imposant une forte discipline au fonctionnement quotidien de la Ville dont l’épargne nette disponible après paiement de l’annuité de la dette doit rester positive afin d’une part d’assurer la solvabilité de notre collectivité Ville mais également pour maintenir un niveau d’autofinancement suffisant.