• English version icon
  • Icona versione italiana
Accès rapide
 
Accéder à la navigation

Histoire

La ville d'Aix-les-Bains est labellisée Ville d'art et d'histoire depuis 2014.

Les 1res installations humaines sur les bords du lac du Bourget remontent au néolithique, époque où les hommes s’installent dans les villages sur pilotis des bords du lac, dont certains ont été classés depuis peu au patrimoine mondial de l’Unesco.


D'après les fouilles archéologiques, à l'époque romaine, l’habitat s'est développé autour des thermes et du «temple» dit Temple de Diane. L'existence de sources minérales chaudes est manifestement à l'origine du développement d’un vicus dépendant de la cité de Vienne.


Du Moyen-âge à la Révolution, Aix-les-Bains était une petite bourgade de province, d'environ un millier d'habitants. La ville se déclinait en un bourg clos d'un rempart, et d'une dizaine de hameaux ruraux.


En avril 1739, suite à un incendie qui a détruit près de la moitié de la cité, le plan de reconstruction prévoit un alignement des rues et des règles d'urbanisme comme l'interdiction de construire des maisons de plus de deux étages.


De 1779 à 1783, le roi Victor Amédée III fait construire un établissement thermal à l’origine de la naissance du thermalisme moderne.


Après avoir été longtemps éloigné des préoccupations aixoises, le lac commence à prendre un peu d'importance à la fin du 18e siècle. D'abord fréquenté par les bateaux ravitaillant les troupes de l'Armée des Alpes, il est aménagé pour l'exportation de marchandises.


Le thermalisme devient à la mode avec l'Empire et amène à Aix-les-Bains des personnalités. On assiste à la naissance de l'infrastructure hôtelière. Le nombre de curistes triple en 6 ans et atteint 1200 en 1808, date à laquelle est levé un plan d'embellissement des rues. L'Annexion de la Savoie à la France, en 1860, permet un nouvel essor du thermalisme en supprimant les difficultés douanières.


Le transfert de la voie ferrée et la construction de la gare à son emplacement actuel, en 1866, marquent définitivement le paysage urbain. De nouveaux types d'hébergements émergent, les palaces ou, pour les plus aisés, les villas de villégiature.


Le centre-ville est presque entièrement remanié entre 1875 et 1910 : création de nouveaux espaces urbains comme la place de la mairie, la place du marché, déplacement de l’église

… tout vise à aérer le centre ancien, à structurer l'espace urbain selon les secteurs d'activité.


Le Grand Port, agrandi, devient un lieu touristique autour de 1875 et reçoit les bateaux à vapeur de liaison avec Lyon et des bateaux pour les promenades sur le lac.


Dès les années 20, la ville diversifie son économie. La société La Savoisienne implante à Aix-les-Bains la première grande usine, spécialisée dans les constructions électriques. Jusqu'à la 2e guerre mondiale, les constructions se développent le long des avenues principales. Mais l'explosion démographique des années 50 conduit à l'élaboration de plans d'urbanisme successifs qui prennent en compte l'ensemble du territoire communal. Après la guerre de 1939, Aix-les-Bains devient la 1re station thermale de France avec, dans les années 80, près de 60 000 curistes.


C'est toute cette histoire urbaine qui a dessiné la géographie particulière de la ville actuelle, avec son centre urbain, ses cœurs de quartiers aux visages de villages, et notamment, ces immenses zones pavillonnaires.