• English version icon
  • Icona versione italiana
Accès rapide
 

Guillot Antoine

Activité

Metteur en scène - Auteur - Producteur - Éditeur


Description

Né en 1989 à Annecy, il débute le théâtre à l’âge de 7 ans pour "vaincre ma timidité" confie-t-il.
À 14 ans, il crée sa première compagnie Esatea (Équipes spécialisées des actions et travaux enclins aux arts) et joue ses premiers spectacles à la M.J.C. de Seynod.
Baccalauréat littéraire en poche, il part pour Grenoble et intègre le Conservatoire d’art dramatique et suit des études de philosophie en parallèle.
En 2008, il est admis à l’école supérieure d’acteurs de cinéma et de théâtre de Liège, une "expérience lourde mais enrichissante".


Cette année-là, il crée son 1er spectacle professionnel solo, « Paradis perdu », l’écriture et la mise en scène d’un monologue. Ce fût "un vrai défi d’écrire, de me mettre en scène, et de jouer seul ; c’est à ce moment-là que j’ai compris comment fonctionnait un acteur et que je me suis vraiment senti metteur en scène".


En 2009, il met en scène "Quartet" de Heiner Müller qui est une réécriture des liaisons dangereuses.
Cette pièce provocante reçut un accueil polémique, "les spectateurs étaient soit scandalisés, soit émus aux larmes". À l'issue de cette pièce, Guy Moret, Directeur de la Salle centrale de la Madeleine déclara que "des pièces comme celles-là sont dignes d'une scène nationale".
Cette même année, il monte La Compagnie Caravelle à Aix-les-Bains, développant la production et diffusion des arts du spectacle et de l'audiovisuel.


À l’âge de 20 ans, il écrit, réalise et produit son 1er moyen métrage "Le Reflet de mes yeux", tourné en partie à Annecy, à l’auditorium, et au Polyèdre. "C’est avec le cinéma je trouve une certaine liberté" livre-t-il.


En 2011, il prend la Direction artistique du Festival du livre jeunesse dans le cadre duquel il mène un projet de création artistique auprès de collégiens.


En parallèle, il mène des lectures publiques et reprend des textes classiques de V. Hugo, L-F Céline et J. Cocteau, entre autres.
Il crée également "L'Empereur de la perte" de Jan Fabre, et "Amerika, suite" de Biljana Srbljanovic, des pièces d’auteurs majeurs du théâtre contemporain, qui lui ont permis de "s'affirmer comme acteur culturel majeur de la scène locale" et d'élever le rayonnement de La Compagnie Caravelle à l'échelle régionale.


En 2012, il s'associe avec l'artiste photographe Emmanuel Moreaux pour créer la société Amistad Prod, qui éditera dès janvier 2013 le magazine Carnet d'art.
Il associe dans ses projets une envie de promouvoir l'action culturelle et les démarches artistiques au plus grand nombre afin de positionner la culture au centre des préoccupations de construction de la société, "Le seul ciment universel" dit-il.


Il mène aujourd'hui de nombreux projets de créations théâtrales, d'écriture de scénarios ("Ce ne sont que des cendres", 2008, "Blessure de guerre", 2011, "L'Amour des acteurs", 2013), de réalisation de longs métrages, de pérennisation et développement de sa maison d'édition, d'écriture d'un roman ("Les Sublimes", 2013 - en cheo-écriture avec Killian Salomon) et d'un essai ("Avenir", 2013), de production d'événements et d'artistes.
Et ce, afin d'installer des modes de financements alternatifs des créations artistiques et de s'inscrire petit à petit comme une figure incontournable de l'art et de son renouveau.