Accès rapide

Accident vasculaire cérébral (A.V.C)

Date : Le 8/11/2018 à 9h25

Appeler immédiatement le 15 dès les premiers signes permet une prise en charge sans délai et une orientation directe.

À l’occasion de la Journée mondiale de l'A.V.C, l’Agence régionale de santé a souhaité rappeler l’importance de l’appel au Centre 15 en cas de signes évocateurs d’un A.V.C. 

L’accident vasculaire cérébral (A.V.C) est dû à une interruption brutale de l’irrigation sanguine d’une zone du cerveau.


Les signes qui doivent alerter :

Savoir reconnaître les signes de l’A.V.C. permet une prise en charge plus rapide et permet de limiter les séquelles.

Les signes les plus fréquents :

  • Un engourdissement, une faiblesse ou une paralysie brutale d’un membre (bras ou jambe) ou de la moitié du corps.
  • Une déformation de la bouche, des difficultés à parler.
  • Un trouble brutal de la vision.
  • Des troubles de l’équilibre, de la marche.
  • Un mal de tête soudain n’ayant aucune cause connue.

Ces symptômes doivent alerter, même s’ils sont brefs, même s’ils sont non douloureux.


Appeler immédiatement le 15 dès les premiers signes permet une prise en charge sans délai et une orientation directe et très rapide du patient dans la filière A.V.C. offrant un accès aux traitements et réduisant les séquelles.

Dès les premiers signes identifiés, une véritable chaîne de soins est organisée, entre le Centre 15, l’équipe de premiers secours (pompiers ou SAMU-SMUR), et l’Unité neuro-vasculaire (U.N.V.), service de soins neurologiques spécialisé dans la prise en charge des A.V.C. (24h/24 et 7j/7) composé d’une équipe pluridisciplinaire.


Des traitements existent

Environ 60 % des personnes qui ont fait un accident vasculaire cérébral doivent composer avec une forme de déficience comme une hémiplégie, une perte de la sensibilité, des troubles du langage et de la vue, des troubles attentionnels et de la mémoire, de troubles de l’humeur (de dépression jusqu’à 30 %).


Cependant grâce aux progrès de la médecine et de nouveaux traitements, les séquelles peuvent être diminuées.

Deux traitements dont l’efficacité a été prouvée sont possibles :


  • La thrombolyse est un médicament qui permet de dissoudre le caillot bouchant une artère du cerveau.
  • La thrombectomie est une intervention permettant de retirer ce caillot à l’aide d’un cathéter.

Ces traitements peuvent être administrés dans des délais courts et dans un service spécialisé.

La prise en charge de l’A.V.C. est une course contre la montre, chaque minute compte et chacun d’entre nous peut agir.


Plus d'informations sur : 

  1. ARS Auvergne-Rhône-Alpes (rubrique Usagers)
  2. France AVC
  3. Portail AVC