Accès rapide

Biennale de l'architecture disparue - chapitre 1

Du samedi 10 octobre 2020 à 9h au dimanche 29 novembre 2020- Musée Faure

  • Thème Culture
L'association Solarium Tournant vous propose le 1er chapitre de la Biennale de l’architecture disparue, intitulé "Le Côté ombre", du 10 octobre au 29 novembre 2020. Au travers d’une déambulation en ville, au bois Vidal et au bord du lac, venez à la rencontre des œuvres réalisées par 15 artistes. 

La Biennale de l’architecture disparue est à l’initiative de l’association Solarium Tournant avec le concours de 15 artistes plasticiens dont les œuvres sont présentées.

Les œuvres exposées portent sur le thème du mouvement

Le mouvement était l’essence même du  solarium tournant du Docteur Saidman implanté sur les hauteurs d’Aix-les-Bains. 

Sa plateforme, haut perchée, tournait à 180 degrés pour suivre la course du soleil dont les rayons permettaient aux patients de se soigner.

Le côté ombre du solarium

Pour ce chapitre 1, l’association s’appuie sur un détail moins connu de cette grande carcasse métallique. Sa face cachée n’était jamais exposée au soleil, hormis quelques petites fenêtres fixes. D'où son nom de "Le Côté ombre".


Les 15 artistes invités

Les œuvres exposées interagissent avec cette notion de mouvement : Camille Ayme, François Dehoux, Estelle Deschamp, Laurent Le Deunff, Christophe Doucet, François Dufeil, Wandrille Durufle, Fanny Guerineau, Ibai Hernandorena, Eléonore Pano-Zavaroni, Johan Parent, Jean-Xavier Renaud, Auguste Rodin, Capucine Vever, Rémi Voche.

Téléchargez le plan de visite :

Retrouvez les œuvres des artistes dans différents lieux de la Ville : le Musée Faure, le parking de la Chaudanne, la place Maurice Mollard, le Bois Vidal, l'Esplanade du lac, la baie de Mémard, la marina du Grand Port, le cap des Séselets.

Présentation succincte des œuvres 

"15e et dernier" de Camille AYME

Au niveau du belvédère du Bois Vidal : un chemin formé par des pavés en argile émaillés de forme polygonale.

"Stellations" de François DEHOUX

Sur les hauteurs du Bois Vidal à la croisée de deux chemins : des masses rocheuses en arène granitique à la forme quasi totémique laissent apparaître des saillies relativement régulières contenant des trous du diamètre d’un doigt.

"Astérisme" d’Éléonore PANO-ZAVARONI

Dans un pré du Bois Vidal : il s’agit d’une table construite en contreplaqué okoumé, reprenant le design classique de la table pique-nique mais où il apparaît qu’une moitié est manquante, celle-ci existant tout de même bel et bien à Rotterdam aux Pays-Bas dans le RIB Art Space depuis 2019.

"Empire Aix Building" d’Estelle DESCHAMP

Sur le toit terrasse du parking de la Chaudanne : une sculpture faite de bois, plâtre, carrelage et autres matériaux qui renvoie à une multiplicité de formes bâties, évoquant tout à la fois une cheminée, une tour, un building, un élément de temple, une flèche ou encore une lanterne aux morts qui guidait autrefois les âmes errantes.

"Les Yeux au Ciel" d’Ibai HERNANDORENA

Sur la façade vitrée du parking de la Chaudanne : une occultation de la cage d’escalier avec de la peinture au blanc de Meudon, la volonté de l’artiste étant de mettre en avant la relation que le bâtiment, réalisation de l’architecte Jean-Louis CHANÉAC, entretient avec la lumière.

"Artémis et ses lapins" de Christophe DOUCET

Sur la place Maurice Mollard : une sculpture en bois réalisée à la tronçonneuse et à la hache qui est une référence directe au temple antique dédié au culte de Diane, déesse de la nature sauvage, de la chasse et de la fertilité (dans la mythologie romaine, l’équivalent d’Artémis). Une petite statuette de la déesse apparaît dans une niche située dans la partie haute de la sculpture tandis qu’à mi-hauteur une seconde niche, plus grande et correspondant au ventre du lapin, laisse la possibilité au regardeur de s’asseoir.

"Four solaire à vapeur" de François DUFEIL

Au niveau de l’Esplanade Lamartine dans la baie de Mémard : une sculpture-outil capable de réfléchir les rayons du soleil à l’aide de 63 miroirs à base de laiton. Ceux-ci sont concentrés en un point afin de les transformer en une source de chaleur à même de faire bouillir 70 litres d’eau. La finalité consiste en la fonte d’un pain de cire d’abeille dont l’odeur se répand dans l’espace environnant.

"Géomorphosite" de Wandrille DURUFLÉ

Dans la Marina du Grand Port : une arche monumentale, pour laquelle l’artiste a eu recours à du contreplaqué et à de l’acrylique, dont les formes du bas, horizontales, reprennent le ton local de l’eau et du végétal, tandis que celles du haut, verticales, se réfèrent aux montagnes par la forme et au ciel baigné de lumière par leurs teintes.

"Sapin à chat" de Laurent LE DEUNFF

Au Musée Faure : un sapin avec une bûche comme socle et un tronc sculpté accueillant différents éléments en bois sculpté à savoir une pizza, un cornichon et une tranche d’emmental, composant à eux 3 une nature morte.

"Laboratoire Vertigo" de Johan PARENT

Au Musée Faure : un dessin au crayon graphite sur papier pour lequel le laboratoire est imaginé dans son image la plus schématique possible, avec un sol en dallage noir s’écroulant sous le poids d’une double perspective.

"Le feu" de Jean-Xavier RENAUD

Au Musée Faure : une peinture à l’huile sur noyer pour laquelle le sujet représenté, le briquet jetable, s’apparente à la société de consommation contemporaine.

"L’homme qui marche" d’Auguste RODIN

Au Musée Faure : célèbre sculpture en bronze à patine verte, datée entre 1899 et 1904, composée de 2 jambes et un buste semblant se mettre en mouvement dans 2 sens distincts.

"Les petits arbres feuillus se balancent" de Capucine VEVER

Au Cap des Séselets, le long du lac du Bourget en direction de Chambéry : une œuvre avec la représentation du Nord géographique au sein d’un relief creusé dans la pierre et le Nord magnétique signalé par une boussole au centre de la pierre de Villebois, une pierre datant d’environ 167 millions d’années et régulièrement utilisée dans les constructions de la région lyonnaise. Si les 2 pôles s’orientent dans le même sens au moment de l’installation, un décalage va apparaître progressivement.

"Performance" de Fanny GUÉRINEAU, lors du vernissage

Lors de sa venue à Aix-les-Bains cet été, les Aixois l’ont vu déambuler avec sa tenue rouge fluo sur le marché, dans les rues du centre-ville et sur les bords du lac et ont répondu à ses questions universelles "C’est quoi le paysage pour vous ?" et "C’est quoi le vivant pour vous ?". Installée sur un promontoire coloré du même rouge fluo que sa tenue, l’artiste profite de ce vernissage pour déclamer les diverses réponses qu’elle a collectées.

"Performance" de Rémi VOCHE

Lors du vernissage : l’artiste diffuse une série de sons à l’aide d’un enregistreur portatif et grâce à la lumière artificielle, les objets composant l’entourage de sa performance (parasol, sculpture de ciment, drap, etc.) sont dilatés en ombres portés. Il entreprend de nous conter une histoire, celle de l’astre solaire, des dieux du soleil, de la peinture russe du début du XXe siècle, d’anecdotes personnelles, de la lumière, etc.

→ Qu'est-ce que le solarium tournant ?

 
 

Dates & horaires

Du 10 octobre au 29 novembre 2020.

Du 10/10/2020 au 29/11/2020

Heure de l'événement - 9h

Lieu

Musée Faure 10 boulevard des Côtes 73100 Aix-les-Bains
45.692465 - 5.915649

Associations ou artistes aixois, cette page vous concerne ? Demandez la création d'un compte ou identifiez-vous pour gérer votre profil et proposer vos événements et vos activités !